COMPTE RENDU DE L'ATELIER D'ELABORATION N°1 - BATI

#1
Atelier d’élaboration n°1 du plan d’actions PCAET

Réunis le mercredi 13 novembre 2019, les participants présents ont travaillé sur le thème de l’habitat et du bâti.
• Une représentante de Seine et Marne Environnement a d’abord présenté la future Plateforme Territoriale de la Rénovation Energétique (PTRE), qui interviendra bientôt sur Moret Seine et Loing. Un conseiller sera mis à disposition du territoire 2 ½ jours par semaine. Il tiendra des permanences itinérantes, pour accompagner les habitants et les bailleurs dans leurs démarches de rénovation, en matière technique et financière ; il pourra aussi organiser des « balades thermiques », sensibiliser les artisans et professionnels aux nouveaux matériaux, intervenir auprès des PME, accompagner les communes dans leurs efforts pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs bâtiments.
Suite à cette présentation, les participants à cette séance d’élaboration ont par ailleurs fait les propositions suivantes :

MENER UNE ACTION VOLONTARISTE, POUR UNE RENOVATION DE L’HABITAT
Sensibiliser les habitants et les bailleurs à la rénovation énergétique.
■ Organiser une sensibilisation personnalisée, sur tout le territoire, en allant à la rencontre des habitants.
■ Communiquer largement sur la rénovation, via différents supports existants ou à créer :
• Via les différents moyens d’information de MSL.
• Par une application locale d’information par SMS.
• Par la création d’une partie dédiée, sur le site de la Communauté de communes.
• Par l’édition d’une brochure pédagogique.
• Par la mise en place d’un « Climato Bus », circulant sur le territoire, et présent sur tous les grands évènementiels du territoire (une attention particulière devra être apportée sur le choix du véhicule et sur ses émissions de CO2).
■ A travers ces supports d’information / sensibilisation, communiquer notamment sur :
• Les aides auxquelles donnent droit les travaux faits en matière de rénovation.
• Les différentes techniques de rénovation existantes – en détaillant notamment par type et par zone d’habitation.
• Les démarches à respecter en la matière.
• Les professionnels à qui s’adresser en confiance (voir plus loin).
• L’existence de la PTRE.
■ Former un conseiller énergie capable de seconder le conseiller de la PTRE, pour mieux accompagner les habitants dans leur démarche de rénovation – notamment dans la constitution de leurs dossiers de demande d’aides financières auprès des différents organismes.

Aller au-devant des habitants, afin de mieux les mobiliser grâce à des outils thermographiques et des opérations ciblées.
■ Réaliser une thermographie aérienne, par drones. Communiquer les résultats obtenus aux propriétaires.
■ Les inviter à venir se les faire expliquer, lors d’un « Salon de l’Habitat responsable ». A cette occasion :
• Leur offrir un diagnostic rapide de leur logement,
• Les inciter à approfondir ce diagnostic, avec l’aide d’entreprises reconnues pour leur sérieux (voir ci-après)
• Leur proposer éventuellement des premières solutions,
• Les informer des coûts, des économies réalisables, des aides et défiscalisations auxquelles ils pourraient avoir droit,
• Leur communiquer la liste des artisans et entreprises recommandés (voir ci-après)
• Et leur offrir un accompagnement personnalisé pour la réalisation d’un diagnostic énergétique, la définition des travaux à effectuer, l’obtention des aides, et le suivi des travaux (voir ci-dessus : PTRE et Conseiller Energie).
■ Identifier notamment, grâce à cette thermographie aérienne, les zones les plus critiques, en matière de rénovation énergétique.
■ Compléter l’opération aérienne par de « balades de quartier » menées dans ces zones, à l’aide d’un « Climato-Bus » (ou autre véhicule) à vocation pédagogique.
■ A cette occasion, proposer des « balades de quartier » offrant des thermographies terrestres personnalisées (voir ci-après).
Valoriser les efforts engagés, pour entraîner une dynamique positive.
■ Appuyer la sensibilisation sur des opérations réussies.
• Organiser des visites pédagogiques d’un « bâtiment modèle ».
• Organiser avec les propriétaires des visites de leur domicile, après rénovation.

Développer des formations souples et adaptées aux TPE, pour les professionnels et structurer ainsi une offre crédible pour les particuliers
■ Informer sur le rôle de l’Adil, en cas de litiges sur travaux.
■ Organiser avec la Chambre des Métiers et d’autres acteurs du secteur, des formations crédibles et approfondies.
• Aux techniques de rénovation,
• Aux nouvelles énergies dans l’habitat,
• Aux matériaux biosourcés,
• Aux aides et prêts offerts aux particuliers pour ces différents travaux.
■ Offrir aux artisans et aux entreprises du BTP de bénéficier de ces formations à un coût réduit ; et accompagner ces formations de la signature d’une Charte d’engagement.
■ Labelliser les professionnels ayant suivi ces formations et signé cette Charte.
■ Etablir et publier les listes de ces professionnels labellisés, afin d’offrir aux habitants un choix de professionnels crédibles.
■ Faciliter l’installation sur le territoire de vendeurs de matériaux de rénovation biosourcés.

TRAVAILLER POUR AMELIORER LES USAGES DU BATI PRIVE, COMMERCIAL ET TERTIAIRE
Engager une forte campagne de communication, en faveur de la sobriété énergétique
■ Publier et distribuer largement une « Charte des bons gestes », permettant à chacun de comprendre où et comment il peut améliorer ses usages.
• Travailler avec l’Ademe pour que ce document donne des estimations des économies de CO2… et d’argent, que permet chaque bon geste.
■ Permettre aux habitants de mieux situer le niveau de leurs consommations énergétiques, et leurs usages
■ Pour faciliter la sensibilisation des habitants : publier des indicateurs (ratios KWh / m2, en fonction du type d’habitat et de chauffage) permettant à chacun de situer ses consommations d’énergie et les performances de son logement
■ Les informer des moyens dont ils disposent déjà pour mesurer leurs consommations d’énergie et d’eau.
■ Prêter aux ménages des watts-mètres, afin de leur permettre de mieux comprendre leurs consommations énergétiques.

Favoriser les bons usages dans le bâti, en jouant sur l’émulation et l’exemplarité
■ Organiser des « challenges » entre familles (Famille à énergie positive, etc.)
■ Inciter les commerces et centres commerciaux à réduire leurs consommations énergétiques (climatisation, magasins, portes ouvertes…) et valoriser leurs efforts.

RENDRE LE SECTEUR PUBLIC EXEMPLAIRE, EN MATIERE ENERGETIQUE
Engager une action forte, afin de réduire les émissions du bâti public
■ Proposer aux élus et aux services des formations énergétiques et une sensibilisation aux coûts et aux économies réalisables, devant être intégrés dans les choix d’investissement.
■ Engager un plan de rénovation des bâtiments publics.
• Réaliser un diagnostic de l’ensemble des bâtiments communautaires, sur le territoire. Inciter les communes à faire la même chose sur leur patrimoine
• Etablir un Plan sur 6 ans de rénovation et d’amélioration de ces bâtiments - en commençant par les plus énergivores – et en se fixant des objectifs volontaristes de réduction des consommations et des émissions de gaz à effet de serre.
■ Profiter du PCAET pour inciter les communes à poursuivre leur travail avec les écoles, pour réduire leurs consommations-ressources, en responsabilisant les enfants et les équipes éducatives (scolaires et périscolaires), et notamment :
• Travailler avec le personnel éducatif, le périscolaire et des associations pour monter, sur l’année, un vrai programme pédagogique sur le climat et les économies d’énergie.
• Calculer une moyenne sur 3 ans des coûts annuels de fluides de l’école (eau, électricité, gaz ou fuel, etc.)
• Faire signer par M. le Maire et chacun des enfants une Convention Planète, affichée en grand à l’entrée de l’école, qui détaille les bonnes pratiques pour réduire l’empreinte carbone du groupe scolaire.
• En fin d’année, calculer toutes les économies faites et les reverser aux élèves, pour qu’ils puissent réaliser un projet pédagogique “extra-ordinaire” défini de façon participative.
■ Viser l’exemplarité pour les futurs bâtiments publics.
• Essayer d’aller plus loin que le RE 2020 en matière énergétique.
• Promouvoir l’usage du solaire sur tous les nouveaux bâtiments, quand cela est possible.
• Inciter les communes à intégrer dans leur PLU le recours aux toitures végétalisées ainsi qu’à la récupération des eaux pluviales

Réduire les consommations électriques et les rendre plus « vertueuses »

■ Se fixer un objectif ambitieux de réduction des consommations énergétiques de l’éclairage public géré par la communauté de communes.
■ Etre relais auprès des communes pour adopter une gestion vertueuse de leur éclairage public
■ Communiquer plus largement sur les coûts énergétiques supportés par les communes et l’intercommunalité.

Anticiper le changement climatique, en « verdissant » autant que possible les milieux urbains les plus denses, et réduire les émissions du territoire, en optant pour une gestion « écologique » des espaces verts
■ Favoriser les toitures végétales pour les nouveaux équipements structurant de la Communauté de Communes MSL.
■ Inciter les communes à intégrer dans leur PLU la végétalisation des zones les plus denses, pour éviter l’effet d’îlot de chaleur urbain.
■ Inciter les communes à rafraichir les bâtiments publics, et notamment les écoles, y installer, quand c’est techniquement possible, des « rideaux bioclimatiques » faits de plantes et/ou d’arbres feuillus.
■ Opter pour un aménagement et une gestion écologique des espaces verts, réduisant les émissions liées à leur entretien et accroissant leur capacité à capter le carbone.
cron